26 novembre 2008

Sur le cul...

Littéralement parlant...

Tout d'abord un petit point météo pour situer le contexte: ces derniers jours on a eu de la neige, pas mal puisqu'on a une belle couche de 15 cm environ. C'est très chouette à voir, le paysage, tout ça, mais ça complique parfois un peu les choses dans la vie quotidienne.

J'ai raconté il y a peu que la buanderie était communautaire, mais qu'elle ne se trouvait pas dans mon immeuble. Aujourd'hui étant jour de lessive, j'ai donc fait quelques allers-retours pour faire tourner mes 5 lessives. La majorité s'est bien passée, merci.

Mais qui dit neige, dit déneigeuse pour dégager les voies d'accès, jusque là très bien, rien à redire, sauf que, quand la neige est bien tassée, et que la température extérieure est dans les négatifs, ça gèle... et donc ça glisse...

Et c'est évidemment lors d'un de mes trajets avec un sac rempli ras la gueule de linge propre que je me suis rétamée en beauté. J'ai bien protégé comme il faut tous mes petits vêtements propres, mais du coup je n'avais plus de main dispo pour assurer l'atterrissage, qui fut donc plutôt brutal pour mon arrière-train.

J'ai donc mal au cul, et dans un quart d'heure je dois retourner chercher mon dernier précieux tas de linge frais, et j'ai quelques appréhensions à l'idée de faire un nouveau vol plané, et que ces fois mes dessous prennent aussi leur envol et se dispersent, surtout que ce serait coton de les retrouver dans la nuit...

La prochaine fois, j'irai laver mon linge en ski tiens...

20 novembre 2008

L'Homme m'inquiète...

22h40, ce soir...

L'Homme sort sur le balcon fumer sa clope, je suis pas trop motivée pour l'accompagner rapport qu'il fait dans les -4 degrés.

D'un coup d'un seul je l'entends s'exclamer, et passant la tête par la fenêtre, il me dit qu'il vient de voir passer dans le lotissement un lapin géant avec des grosses pattes...

Soit c'est un contrecoup de ses 35 ans qu'il vient de prendre dans les gencives, soit du surmenage, soit l'aliénation mentale qui pointe gentiment son nez...

à suivre...

18 novembre 2008

Persil Gillot-Petré, à votre service

Merci, merci pour vos encouragements devant cette rude épreuve hivernale qui m'attend.

Aujourd'hui, j'en suis à une semaine de migraine, dès que ça se calme côté tempe droite, ça repart côté tempe gauche, je fatigue légèrement...

Ce week-end on va aller faire une petite virée chez le fameux suédois vendeur de meubles, histoire de s'offrir des luminaires qui vont je pense servir pas mal pendant les mois à venir, et aussi jeter un coup d'oeil à ce qui se fait en matière de luminothérapie: j'ai regardé sur leur site internet, et j'ai pas compris grand chose, rien de mieux qu'une étude sur le terrain.

Sinon aujourd'hui il a beaucoup pleigé (pluie+neige = pleige), et comme il va geler toute la nuit, ça nous promet des beaux trottoirs glissants pour demain matin. Si je me pète une jambe ça me fera peut-être oublier que j'ai un troupeau de piverts dans le crâne: vous voyez, je peux positiver quand je veux :)

12 novembre 2008

Je vais pas passer l'hiver...

On n'est pas encore tout à fait mi-novembre, et à 4h la nuit se fait déjà bien sentir... Je n'ose pas penser à la riquiquitesse des "journées" aux alentours du 21 décembre...

Alors oui, l'été c'était super chouette je faisais ma fiérote, mais pas folle la guêpe, je pressentais que je me trouverais fort dépourvue quand la bise serait venue.

Et la bise est venue, et le moral est foutu...

Je crois bien que je suis assez sensible au manque de lumière. La semaine dernière, il caillait sa race, mais au moins le soleil était là, même si pour pas longtemps, mais là, il flottouille, il grisouille, et on a besoin d'allumer tout le temps la lumière.

Et avec le peps en berne vient le joyeux cortège des insomnies, des migraines à répétition, de la fatigue, de l'agressivité, des larmes qui se pointent à tout bout de champ...

Si je croyais encore au Père Noël, je lui commanderais un soleil pour mettre dans mon salon tiens...

02 novembre 2008

De derrière les fagots

C'est fou les trucs qu'on peut trouver chez soi quand on cherche tout autre chose... J'étais en quête d'une photo de moi pour apposer sur ma carte d'étudiante (oui, je suis encore étudiante à 34 printemps, et alors?), j'ai finalement découpé ma carte de membre des chœurs de Paris 13e qui datait d'il y a 9 ans tout de même mais où j'ai à peu près la même coupe de cheveux que maintenant, et donc, en farfouillant, je suis retombée sur des tests psychos que l'Homme et moi-même avions pondus du temps de Montréal, soit il y a un peu plus de 2 ans et demi.

Pour retrouver les deux que j'avais mis en ligne à l'époque, y a qu'à cliquer ici et , vous allez voir, on s'est bien appliqué à faire comme dans les magazines de filles!

Et allez, pour le plaisir, je vous en donne un autre, là, tout de suite maintenant. Vous avez un crayon, un papier? alors, top, c'est parti pour:

Êtes-vous d'une nature optimiste?

1. Ce matin, votre réveil n'a pas sonné :

a) Quitte à être en retard, autant l'être vraiment, vous vous rendormez
b) Vous vous levez d'un bond, sautez dans vos fringues, et partez en courant
c) Vous prenez le temps de vous arrêter à la boulangerie pour apporter des croissants à tous vos collègues.

2. Votre petit dernier rentre bientôt à la maternelle et ne parle toujours pas :

a) Vous vous dites qu'il a l'étoffe d'un génie et qu'il mûrit le langage de façon purement intérieure
b) Vous l'envoyez chez un pédopsychiatre
c) Vous prenez conseil auprès d'amis ou de la famille

3. La nuit vous évoque :

a) Le romantisme de la pleine lune
b) Les cauchemars de votre enfance
c) Un sommeil réparateur

4. Vous êtes choisi(e) par vos collègues pour trouver un cadeau à votre chef qui prend sa retraite :

a) Vous faites le tour des bureaux pour avoir des idées
b) Vous prétextez une grippe trois jours avant la date fatidique pour refiler le bébé
c) Vous optez pour le principe qu'un cadeau, ça fait toujours plaisir, et arpentez vaillamment le centre commercial

5. Vous vous cassez la jambe au ski, vous pensez immédiatement :

a) À tous les dossiers qui vont s'accumuler sur votre bureau
b) À tous les livres que vous aurez enfin le temps de lire
c) Aux douloureuses séances de rééducation à venir

---------

Faites vos comptes !

Question 1: a = § b = ¶ c = @

Question 2: a = @ b = ¶ c = §

Question 3: a = @ b = ¶ c = §

Question 4: a = § b = ¶ c = @

Question 5: a = ¶ b = @ c = §

---------

VERDICT !

Vous obtenez une majorité de :

Vous vivez dans l'angoisee, tout vous pose problème: si vous partez en vacances, vous ne pensez qu'à un éventuel cambriolage ou au gaz mal fermé. Respirez un bon coup, mettez-vous au yoga, l'infarctus vous guette.

Vous obtenez une majorité de § :

Vous avez les pieds sur terre pour l'essentiel, mais une fois que les factures sont payées, vous pouvez faire des folies avec votre compte en banque sans vous soucier outre mesure des fins de mois difficiles, bref, vous fleurez bon l'équilibre

Vous obtenez une majorité de @ :

Vous voyez la vie en rose, vous croyez en votre étoile, peut-être avez-vous eu la chance d'être épargné(e) par la vie jusqu'à présent, mais le réveil sera sûrement brutal quand vous réaliserez que vous ne vivez pas au pays des Bisounours.

27 octobre 2008

C'est mort...

Bon ben voilà, pour une fois le suspense n'a pas été trop long, et le résultat des courses est que nous ne déménagerons pas à Montpellier, du moins pas dans 2 mois.

On a dit à l'Homme que son dossier était très impressionnant, qu'ils avaient longuement hésité, mais qu'ils avaient finalement préféré quelqu'un de plus "moyen" mais plus proche de leur sujet de recherche.

Bref, c'est chouette d'avoir des compliments, mais ça sert à rien d'arriver 2e dans ce genre de course.

Dans le fond, je ne crois pas être plus que ça déçue: me retaper un déménagement 9 mois après le précédent, ça me disait moyennement. Et puis, faut voir aussi qu'ici, avec un seul salaire, on vit bien, on peut même faire des économies, le temps que j'en connaisse un peu plus en suédois et que je puisse trouver un boulot qui me plaise et pas seulement le premier truc qui se présente où j'aie l'occasion de parler en français ou en anglais (ce que font beaucoup de gens), et à mon avis on aurait galéré en arrivant en France pour trouver un appart, le meubler, vivre sur un seul salaire...

Et puis, y a une bonne possibilité pour que l'Homme décroche un poste permanent ici à la rentrée prochaine, et si c'est le cas, ça nous permettrait de nous sentir chez nous pour au moins quelques années, sans avoir le stress d'une fin de contrat qui approche.

C'que j'peux être positive parfois, ça m'épate tiens!

16 octobre 2008

Il est reviendu

Après une semaine, l'Homme est revenu dans ses foyers. Bien sûr, c'est toujours un plaisir de l'accueillir à son retour, mais une fois les effusions d'usage terminées, je me précipite invariablement vers sa valise pour voir ce qu'il y a pour moi là-dedans.

Outre des journaux de filles et des mots croisés, j'ai eu droit aux DVD du "Roi et l'oiseau" (mon premier film au cinéma quand j'avais 4 ou 5 ans, j'en avais gardé un souvenir très vivace de la bergère et son petit ramoneur), et "Peau d'âne", je ne sais pas pourquoi j'avais très envie de le revoir, malgré le côté ridicule de certains dialogues ou chansons.

Et comme il est passé par la Belgique, une petite halte chez beau-papa et belle-maman m'a valu une bonne provision de Dragibus (y a déjà un paquet qui n'a pas survécu à l'après-midi...), une jolie chemise blanche, un bonnet crocheté par les doigts habiles de belle-maman avec fleur intégrée (au bonnet, pas à belle-maman), et des boucles d'oreilles de la part de belle-soeurette.

Dis, c'est quand que tu repars déjà???